Alba, Arad, Argeş, Bacău, Bihor, Bistriţa-Năsăud, Botoşani Brăila, Braşov ,Buzău, Călăraşi, Caraş-Severin, Cluj, Constanţa, Covasna, Dâmboviţa, Dolj, Galaţi, Giurgiu, Gorj, Harghita, Hunedoara, Ialomiţa, Iaşi, Ilfov, Maramureş, Mehedinţ, Mureş, Neamţ, Olt, Prahova, Sălaj, Satu Mare, Sibiu, Suceava, Teleorman, Timiş, Tulcea, Vaslui, Vâlcea, Vrancea
Roumanie pour des vacances extraordinaires
Home » Oradea

Fișier:Coa oradea ro.gif Oradea

Oradea est un municipalité de la région de Transylvanie, en Roumanie. Elle fait partie du comté de Bihor, situé dans le nord-ouest de la Roumanie. Oradea est une des villes les plus prospères de Roumanie.

La ville est située près de la frontière hongroise, sur la rivière Crişul Repede.

La première trace d'existence de la ville remonte à l'an 1113 : elle est alors dénommée en latin Varadium. La citadelle d'Oradeo, dont les ruines existent toujours, est mentionnée pour la première fois en 1241, lors des réparations et consolidations faites à la suite de l'attaque des Tatars. Entre 1660 et 1692 la ville faisait partie de l'Empire ottoman. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle, sous le régime autrichien, que la ville commença à s'étendre. Au XVIIIe siècle, l'ingénieur vénitien Franz Anton Hillebrandt redessina la ville dans un style baroque. En 1752, beaucoup de constructions étaient réalisées en référence aux cathédrales romanes : le palais de l'évéché et le musée Ţării Crişurilor (« du pays des Criş »).

Au XIXe siècle la ville est traversée par le chemin de fer reliant la Transylvanie à Budapest. En 1918, elle est rattachée à la Roumanie (ce qui sera officialisé par le traité de Trianon) en application du principe de viabilité des frontières du géographe français Emmanuel De Martonne, qui la sépare de la Hongrie. Mais celle-ci n'y renonce pas : en 1919, sous le gouvernement de Béla Kun, et de 1940 à 1945, sous celui de l'amiral Horthy, elle reprend Oradea.

Oradea est alors soumise, comme toute la Roumanie, au demi-siècle de régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989.

Le rétablissement de la démocratie, la réouverture de la frontière toute proche et l'intégration dans l'Union européenne ont ouvert, depuis 1990, de nouvelles perspectives de développement dont Oradea a pleinement profité, comme en témoignent la croissance et l'expansion de la ville.

Monuments:

  • Musée Ţării Crişurilor - un musée baroque avec ses 365 fenêtres
  • Cathédrale barocă - la plus grande cathédrale baroque de Roumanie
  • Cetatea Oradea - une forteresse de style Vauban, en forme de pentagone
  • Biserica cu Lună - une église, unique en Europe, avec une horloge qui indique les phases de la Lune
  • Passage Vulturul Negru - complexe d'édifices de style Art nouveau
  • Musée Ady Endre - la maison d'un des plus grands poètes hongrois
  • Théâtre de Stat - le théâtre national, réalisé par les deux architectes autrichiens qui ont construit une centaine de théâtres et d'opéras en Europe vers la fin du XIXe siècle
  • La ville ne compte pas moins de 100 églises de cultes différents, dont la plus grande église baptiste d'Europe de l'Est