Alba, Arad, Argeş, Bacău, Bihor, Bistriţa-Năsăud, Botoşani Brăila, Braşov ,Buzău, Călăraşi, Caraş-Severin, Cluj, Constanţa, Covasna, Dâmboviţa, Dolj, Galaţi, Giurgiu, Gorj, Harghita, Hunedoara, Ialomiţa, Iaşi, Ilfov, Maramureş, Mehedinţ, Mureş, Neamţ, Olt, Prahova, Sălaj, Satu Mare, Sibiu, Suceava, Teleorman, Timiş, Tulcea, Vaslui, Vâlcea, Vrancea
Roumanie pour des vacances extraordinaires
Home » Curtea de Argeş

Fișier:StemaArges.png Curtea de Argeş

Curtea de Argeş  est une ville de la région de Munténie, en Roumanie, située sur la rive droite de l'Argeş (qui coule dans une vallée des Carpates, monts Făgăraş). La voie de chemin de fer de Piteştià Turnu Roşu y passe. Elle fait partie du comté de Argeş.

La ville est l'une des plus anciennes de Roumanie. Selon la tradition, elle a été fondée au début du XIVe siècle par le prince de ValachieRadu Negru (Rodolphe le Noir), et a remplacé sa capitale Câmpulung. D'où son nom Curtea (la Cour).

La principale église est celle du monastère, fondé en 1514 par Negoe Basarab, devenue église épiscopale. La légende attachée au rôle du maître d'oeuvre, Manole, a contribué au rayonnement de ce monument qui est encore aujourd'hui l'un des plus importants et des plus visités de Roumanie, également nécropole royale puisqu'elle abrite les tombes des premiers couples de rois et reines de Roumanie. Son architecture extérieure est d'inspiration byzantine, mais la restauration effectuée au XIXè siècle par André Lecomte du Noüy, un architecte français, si elle a permis au bâtiment de retrouver son lustre d'origine, a entraîné la destruction de la plupart des fresques intérieures.

Une autre église importante est la Biserica Domnească (église princière) construite par Mircea l'Ancien (Mircea cel Bătrân), qui a été complètement rénovée en 2003-2004. Elle ressemble à une citadelle de pierre, reliée à travers des souterrains à une tour de garde sur la colline avoisinante. La toute petite église des potiers Biserica olari présente de belles fresques extérieures. Les ruines du palais princier sont toujours visibles. Celui-ci est mentionné dans la Doamna Chiajna (madame Chiajna) d'Alexandru Odobescu.