Alba, Arad, Argeş, Bacău, Bihor, Bistriţa-Năsăud, Botoşani Brăila, Braşov ,Buzău, Călăraşi, Caraş-Severin, Cluj, Constanţa, Covasna, Dâmboviţa, Dolj, Galaţi, Giurgiu, Gorj, Harghita, Hunedoara, Ialomiţa, Iaşi, Ilfov, Maramureş, Mehedinţ, Mureş, Neamţ, Olt, Prahova, Sălaj, Satu Mare, Sibiu, Suceava, Teleorman, Timiş, Tulcea, Vaslui, Vâlcea, Vrancea
Roumanie pour des vacances extraordinaires
Home » Drăgăşani

Fișier:Stema dragasani.jpg Drăgăşani

Drăgăşani est une ville roumaine du comté de Vâlcea, Olténie, région de la Valachie, en Roumanie.

Drăgăşani se trouve sur la rive droite de l'Olt, au confluent de la Peşceana (dont le nom indique qu'elle est poissonneuse). Sa superficie est de 44,57 ha. Au recensement de 2002, Drăgăşani comptait 20.798 habitants.

A Bugiuleşti-Tetoiu, près de Drăgăşani, on a trouvé des fossiles d'hominidés dont l'ancienneté a été estimée à 200.000 ans, soit la transition entre Homo erectus et Homo sapiens. Dans le quartier de Bârsanu, on a trouvé des outils et poteries du néolithique et de l'âge du bronze.

Une route romaine reliait le castrum romain de Sucidava (aujourd'hui Celei), à celui d'Arutela (aujourd'hui Călimăneşti) en passant par Russidava, nom antique de Drăgăşani. Cette route reliait la province danubienne de Mésie à la Dacie supérieure (actuelle Transylvanie). Elle est mentionnée dans la Table de Peutinger.

La plus ancienne mention écrite de Drăgăşani date du 7 juin1535, dans un document du voïvode de Valachie Vlad VII Vintilă. La localité est qualifiée de bourg dans la seconde moitié du XVIII-ème siècle.

En 1772 le baron autrichien Von Bauer de passage dans la ville y décrit l'évêché, le manoir, les églises, le marché et les nombreuses vignes et pressoirs.

En 1821, c'est à Drăgăşani que les troupes ottomanes rattrapèrent les membres de l'Hétairie et les Pandoures conduits par Alexandre Ypsilantis et par Preda Drugănescu. Les révolutionnaires se retranchèrent dans l'église fortifiée où la plupart (dont Drugănescu) périrent; Ypsilantis ne put s'échapper de justesse que pour finir dans une prison autrichienne. Un monument commémore cet épisode.

En 1848 une nouvelle révolution soulève la Valachie: la plupart des hommes de Drăgăşani rejoignent l'armée de TroianuRâmnicu Vâlcea) sous la conduite de Gheorghe Magheru, un ancien capitaine Pandoure. Cette révolution fut elle aussi réprimée par les Empires voisins (turc, autrichien et russe) et c'est seulement en 1856-1859 que les pays roumains purent commencer à se libérer de l'emprise de ces empires.

En août 1916, en novembre 1918 et en août 1944, des combats opposèrent à Drăgăşani les troupes allemandes aux troupes roumaines : les premières furent victorieuses en 1916 (et occupèrent la Roumanie méridionale), les secondes en 1918 et en 1944 (et s'avancèrent les deux fois jusqu'à Budapest en Hongrie). Le 30 août1944, les élèves sous-officiers de l' Académie de gendarmerie ont notamment arrêté puis fait prisonnière une colonne motorisée de la Wehrmacht, en bloquant la route et les accès devant et derrière, et en en faisant le siège avec l'aide de la population.

Comme toute la Roumanie, Drăgăşani fut soumise aux régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989. Sous le régime communiste, les vignerons furent expropriés et une entreprise vinicole d'état fut mise en place. Privatisée après la chute de la dictature, alors que les descendants des vignerons réclament restitution ou indemnisation, cette entreprise est au centre d'une controverse locale.

En 1995 Drãgãşani accède au statut de municipalité.

Monuments:

  • Le castrum romain de Russidava dans le quartier de Momoteşti.
  • La basilique (moderne) s'élève à l'endroit même où les troupes ottomanes ont anéanti les derniers Pandoures en 1821.
  • L'église St-Élie, datant de 1834.
  • Maison natale et musée de l'écrivain Gib Mihăescu.
  • Musée de la viticulture.