Alba, Arad, Argeş, Bacău, Bihor, Bistriţa-Năsăud, Botoşani Brăila, Braşov ,Buzău, Călăraşi, Caraş-Severin, Cluj, Constanţa, Covasna, Dâmboviţa, Dolj, Galaţi, Giurgiu, Gorj, Harghita, Hunedoara, Ialomiţa, Iaşi, Ilfov, Maramureş, Mehedinţ, Mureş, Neamţ, Olt, Prahova, Sălaj, Satu Mare, Sibiu, Suceava, Teleorman, Timiş, Tulcea, Vaslui, Vâlcea, Vrancea
Roumanie pour des vacances extraordinaires
Home » Sighetu Marmaţiei

Sighetu Marmaţiei

Sighetu Marmaţiei ou Sighetul Marmaţiei, mais seulement Sighet à l'époque de la dictature communiste, est une ville (municipalité) du Judeţ de Maramureş au confluent de l'Iza et de la Tisa, dans le nord-ouest de la Roumanie.

La ville est située sur la rive gauche de la rivière Tisa, qui la sépare de la Ruthénie ukrainienne.

Les communautés avoisinnantes incluent : Sarasău, Săpânţa, Câmpulung la Tisa, Ocna Şugatag, Giuleşti, Vadu Izei, Rona de Jos et Bocicoiu Mare en Roumanie; Bila Cerkva et Solotvino en Ukraine (oblast d'Ukraine subcarpatique).

Encore inhabitée à l'époque de la culture de Hallstatt, la confluence de la Tisa et de l'Iza se situait sur la route qui, par le col de Iablonitsa, reliait la plaine pannonienne à la grande plaine scythique, en franchissant les Alpes Bastarniques. Cette route était très empruntée par les Agathyrses, Roxolans et Sarmates, peuples de la steppe de langues iraniennes (comme les Daces locaux), auxquels vinrent se mêler ultérieurement des Celtes, les Scordices. Il est probable que l'endroit ait pu abriter périodiquement des marchés, mais la première mention d'un établissement permanent ne date que du XIe siècle, et la ville en tant que telle n'est citée qu'en 1326. En 1352, elle est mentionnée comme ville franche et capitale du voévodat du Maramureş, lui-même vassal du royaume de Hongrie. Au siècle suivant, le voïvodat perd son autonomie et devient un simple comté de la Hongrie, statut qu'il gardera jusqu'en 1918, Sighet en étant le chef-lieu.

En 1472, de nouveaux privilèges lui sont accordés par le roi Matthias Ier de Hongrie.

En 1717, la ville, comme toute la Marmatie eut à subir la dernière invasion tatare, qui occasionna de nombreux dégâts.

Toutefois, de 1570 à 1733, le comté et la ville firent partie de la Principauté de Transylvanie, d'abord indépendante, ensuite vassale de l'empire d'Autriche. Après 1733, le comté revint à la Hongrie au sein de l'empire austro-hongrois. Sighetu Marmaţiei fut un centre culturel à la fois roumain, ukrainien et juif ashkénaze. La communauté juive y a de vifs souvenirs liés à la famille Teitelbaum et au Hassidisme. Lors du partage en 1918 du Maramureş entre la Tchécoslovaquie et la Roumanie à l'issue de la Première Guerre mondiale, Sighet échut à cette dernière.

Comme toute la Roumanie, Sighet fut soumise aux régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989.

Alliée au Troisième Reich durant la Seconde Guerre mondiale, la Hongrie reprit le Maramureş aux Tchécoslovaques en 1939 (Accords de Munich) et aux Roumains en 1940 (Diktat de Vienne). De 1941 à 1944, plus de 20.000 juifs de Sighet furent envoyés à Auschwitz par les autorités hongroises, dont le futur prix Nobel Elie Wiesel. Il reste aujourd'hui moins de cent juifs à Sighetu Marmaţiei.

Les troupes roumaines et soviétiques libérèrent Sighetu Marmaţiei fin 1944 et le Traité de Paris (1947) rendit la ville à la Roumanie.

Dans les années 1946-1989, le régime communiste et sa police politique, la Securitate firent de la vieille prison préfectorale austro-hongroise un mouroir pour détenus politiques et d'opinion où périt une partie de l'élite intellectuelle et politique de la Roumanie parlementaire d'avant-guerre, dont l'ancien premier ministre démocrate Iuliu Maniu (décédé en 1953). Après la chute de la dictature, fin 1989, la prison est devenue un "Mémorial des Victimes du Communisme", reconnu en 1998 par le Conseil de l'Europe comme "Lieu de Mémoire de l'Europe", comme celui d'Auschwitz et celui de la Paix en Normandie. Ce Mémorial jouxte le monument aux victimes de la Shoah et de nombreuses commémorations se font simultanément: selon Ana Blandiana, fondatrice du mémorial, "Sighet est une petite ville à côté de Berlin: nous ne pouvons pas nous permettre de nous diviser, de fragmenter nos mémoires, et il serait atroce de banaliser celle des voisins pour mettre en exergue la nôtre, car lorsque la justice ne parvient pas à devenir mémoire, seule la mémoire peut devenir justice".