Alba, Arad, Argeş, Bacău, Bihor, Bistriţa-Năsăud, Botoşani Brăila, Braşov ,Buzău, Călăraşi, Caraş-Severin, Cluj, Constanţa, Covasna, Dâmboviţa, Dolj, Galaţi, Giurgiu, Gorj, Harghita, Hunedoara, Ialomiţa, Iaşi, Ilfov, Maramureş, Mehedinţ, Mureş, Neamţ, Olt, Prahova, Sălaj, Satu Mare, Sibiu, Suceava, Teleorman, Timiş, Tulcea, Vaslui, Vâlcea, Vrancea
Roumanie pour des vacances extraordinaires
Home » Zalău

Fișier:Actual Zalau CoA.png Zalău 

upload/e/e/5/rumaenien/zalau.large.jpg

Zalău est une municipalité et une ville de Transylvanieen Roumanie, chef-lieu du comté de Sălaj, dans la région de développement du nord-ouest.

La ville de Zalău est située au centre du judeţ, dans le bassin de la rivière Zalău, au nord-ouest des Monts Meseş.

La municipalité de Zalău inclue la ville de Zalău elle-même (62 547 habitants en 2002) et le village de Stâva (380 habitants en 2002), située au sud-est des Monts Meseş, dans le bassin de l'Agrij.

Zalău se trouve à 532 km au nord-ouest de Bucarest, la capitale roumaine et à 95 km de la frontière hongroise.

Autres villes proches : Cluj-Napoca, 86 km au sud-est, Baia Mare, 108 km au nord-est, Satu Mare, 119 km au nord, Oradea, 117 km à l'ouest

Zalău bénéficie d'un climat continental modéré. Les températures moyenne du mois de janvier sont de -2,5 °C, celles de juillet de +19,3 °C.

Les fouilles archéologiques entreprises à Zalău ont permis de trouver des traces de peuplement néolithiques, vieilles de 6 500 ans.

De nombreux éléments daces et romains ont également été mis au jour. Il faut dire que Zalău ne se trouve qu'à 8 km de Porolissum, grande forteresse romaine située à la frontière de l'Empire.

La première attestation faisant de Zalău un lieu habité date de la Gesta Hungarorum car la ville a fait partie du royaume de Hongrie dès le Haut Moyen Âge. Il faut attendre l'année 1220 pour qu'elle apparaisse dans un document écrit sous le nom de Villa Ziboc.

En 1241, les Tartares envahissent l'Europe orientale, pillent et brûlent la ville. Par la suite, Zalău est rattachée à l'évêché d'Oradea dont elle dépend jusqu'en 1542 où elle intègre la Principauté de Transylvanie.

Pendant cette période, une date importante est à retenir dans l'histoire de la ville. En 1473, le roi Matthias Ier de Hongrie déclare Zalău "ville de marché" et lui octroie des privilèges commerciaux. Du règne du Prince de Transylvanie Étienne Báthory qui commence en 1571 à celui de Michel Ier le Brave (Mihai Viteazul) qui s'chève en 1601, la ville connaît un grand développement, dû à sa position sur les routes marchandes entre le coeur de la Transylvanie et le royaume de Hongrie.

De 1660 à 1692, Zalău subit une occupation ottomane.

Après 1867 et la dissolution de la Principauté de Transylvanie, elle est incorporée au royaume de Hongrie et, en 1876, le comitat de Szilágy (Szilágy Megye en hongrois), dont Zalău (Zilah à cette époque) est le chef-lieu, est créé par la réunion des anciens comitats de Kraszna et de Közép-Szolnok.

À la fin de la Première Guerre mondiale, en 1918, Zalău rejoint le royaume de Roumanie; elle reste le chef-lieu du judeţ de Sălaj.

Entre 1940 et 1944, elle est de nouveau hongroise. De nombreux habitants roumains sont alors chassés, remplacés par les Hongrois qui étaient eux-mêmes partis après 1918.

Durant la période communiste, Zalău connaît un grand développement industriel. En 1979, elle obtient le statut de municipalité. Après les événements de 1989, les industries sont restructurées et plusieurs usines ferment, la ville essaie à l'heure actuelle de s'orienter vers le secteur tertiaire.

Tourisme:

Zalău est bien située à proximité des Monts Meseş. D'autre part, la grande richesse du judeţ en églises intéressantes est un uatre atout de la ville qui possède aussi quelques monuments intéressants datant du début du XXe siècle, pendant la période austro-hongroise.

  • le Musée d'Histoire et d'Art (collections d'antiquités romaines et de peintures roumaines) construit en 1900.
  • le Théâtre transylvain de 1895.
  • l'Hôtel de Ville de 1889.
  • l'église catholique romaine de 1878.
  • l'église calviniste de 1904-1907.
  • la cathédrale orthodoxe de la Dormition de la Vierge de 1930-1934.
  • la galerie Ioan Sima, fondée en 1951 avec des epintures de l'artiste.
  • la bibliothèque du judeţ (160 000 volumes).